Dr. Ivens Louis

Un natif des Gonaïves, le Dr Ivens Louis a étudié la réhabilitation des blessures musculosquelettiques en Argentine et a fait son doctorat en thérapie physique aux États-Unis – mais il se sentait toujours attiré par l’idée de revenir en Haïti avec son expertise durement gagnée pour travailler avec les enfants et les jeunes handicapés.

Dr. Louis commença sa carrière en République Dominicaine, et se souvient très tôt avoir traité un petit garçon qui a dû voyager avec ses parents du Cap Haïtien jusqu’à Santo Domingo pour la réhabilitation. La famille a dû s’y établir pendant un mois, et pouvait difficilement en supporter les coûts – c’est précisément cela qui le poussa à agir.

En 2009, Dr. Louis commença par des cliniques à Ouanaminthe, combinées à de nombreuses présentations sur le sujet pour faire comprendre aux parents la nécessité de faire traiter les enfants ayant un handicap ou une déficience cognitive dès qu’ils immédiatement après le diagnostic. Il y avait là une résistance à son message – mais il se sentait obligé de persévérer.

Ce n’est que deux ans plus tard que Dr. Ivens Louis décida de revenir à temps plein en Haïti. Il emprunta une petite pièce dans une clinique de Ouanaminthe où pratiquait son frère, le Dr. Presner Louis, un obstétricien-gynécologue, et, de là, Fondation Haïtienne de Réhabilitation (FONHARE) a pris naissance. En 2013, il déménagea dans de nouveaux locaux dans l’enceinte de la clinique de son frère – il a maintenant un personnel de 10 employés et a traité d’ici là plus de 1500 patients. Aujourd’hui, FONHARE a un programme de rééducation offrant les services de physiothérapie, ergothérapie et un service unique d’orthophonie pour Haiti.

Un des programmes les plus radicaux du Dr. Louis est “Independent Living” (Vie Autonome), qui permet aux personnes en fauteuil roulant de vivre de façon autonome dans leurs foyers et dans leurs communautés. En même temps, son projet “Accessibility” (Accessibilité) vise à lutter contre la discrimination, l’exclusion et l’absence d’égalité des chances pour les personnes handicapées. “Il s’agit d’une nouvelle perception de ce que signifie être handicapé”, dit-il.