Kyu-Seung Lee

Après ses études à l’école des Beaux-Arts de Dijon, Kyu-Seung Lee est retourné vivre et travailler en Corée du Sud. Mais très rapidement, se sentant inconfortable et malheureux du fameux mode de vie ultra compétitif coréen, il décide de changer radicalement de direction en venant s’installer en Haïti.

Ce fut en 2011, à une époque où son père travaillait dans l’industrie de fabrication de cheveux artificiels en Angola. Ainsi, ensemble ils décidèrent d’implanter à Port-au-Prince une usine du même type, dont Lee assurerait la gestion quotidienne. Le père, lui, tout en étant à l’étranger, ferait des visites annuelles afin de monitorer la croissance de la nouvelle entreprise.

Au-delà de toute attente, la croissance de Leesco fut spectaculaire. L’usine basée à Delmas, produit actuellement 1 million d’extensions et de rajouts de cheveux chaque mois, et emploie à temps plein environ 200 personnes. Ce qui en fait l’un des plus grands employeurs de la zone.

Leesco a commencé par produire des cheveux artificiels pour le marché local haïtien, en utilisant surtout des matières premières importées du Japon et de son pays natal la Corée du Sud. L’objectif était de pouvoir intégrer les marchés des pays de la Caraïbes après 5 ans. Toutefois, force est de constater que Lee est en avance sur son plan et depuis l’année dernière, la compagnie exporte vers la Jamaïque et la Guyane Française.

La principale concurrence pour Leesco vient de la Chine. Cependant à cause des coûts élevés des importations depuis la Chine vers Haïti, Leesco parvient ainsi à détenir la plus grande part de marché. Comme projets à moyen terme, Lee vise à tout diversifier en ajoutant des produits cosmétiques; à long terme, il aimerait pouvoir exporter des produits haïtiens comme le vétiver et le Moringa en Asie.