Lourdyne Décilon

Alors que Lourdyne Décilon était encore à l’école, son père pensa qu’il avait détecté la graine de l’entrepreneuriat chez sa fille de 14 ans – et accepta de lui permettre de travailler dans l’entreprise familiale fabriquant des spécialités locales pendant un maximum de deux heures par jour.

Paul Lavaud avait mis en place Boss Lavo Production Douce Macoss avec un ami agronome en 1980 et il était peu à peu devenu un incontournable de la communauté à Petit Gôave, procédant à la production de douce macoss, de crémas, de confitures, de sirop de miel, de délicieux biscuits de pistache et une gamme d’autres favoris de la maison.

Plus Décilon passait du temps à être impliquée dans l’entreprise, plus elle s’y attachait. Alors, lorsque son père déménagea à l’étranger, et vu que pendant ce temps sa mère était tombée malade et devenait de plus en plus paralysée, Décilon devint, par défaut, la responsable de la petite entreprise.

Malgré sa jeunesse, elle y a réussi, commençant tôt et finissant tard tous les jours. Lorsqu’elle hérita de l’entreprise de son père, elle répartit la fabrication des différents produits entre un certain nombre de ses employés, améliorant l’efficacité. Elle a aujourd’hui un effectif de 14 employés, vendant directement aux clients ou à un réseau de supermarchés.

Décilon voit l’entreprise avec un grand nombre de petits points de vente disséminés à travers le pays dans un proche avenir. À court terme, elle prévoit d’informatiser ses comptes pour améliorer ses finances, et de rendre ses produits plus distinctifs. “Pour moi, ce n’est pas qu’une entreprise – c’est mon patrimoine vivant”, dit-elle.