Maurice Laroche & Brendon Dadesky

Si quelqu’un sait comment construire une entreprise prospère basée sur des blocs, c’est bien Maurice Laroche. Laroche l’a fait une première fois en 1984, quand il l’a amené au point où elle produisait 10,000 blocs par jour – et une deuxième fois, quand il décida de revenir sur l’entreprise de fabrication avec son beau-fils, Brendon Dadesky (en photo).

Le problème dans les années 1980 était l’agitation politique, qui amena Laroche à se diversifier dans d’autres domaines, tels que le riz et le sucre.  Comme ce fut sa première entreprise, cependant, il l’a toujours considérée comme son bébé. “Ce fut une entreprise qui fonctionna bien pour moi, donc j’ai toujours su qu’un jour je ferais un autre essai,” dit Laroche.

La deuxième fois fut encore plus réussie que la première. Laroche équipa sa cour des machines de fabrication de blocs les plus sophistiquées, produisant une gamme de différentes tailles, tous testés pour leur résistance aux tremblements de terre. Aux blocs, il ajouta du gravier, du sable lavé et des pavés – veillant à ce que l’entreprise fonctionne comme un point d’achat unique pour tous ses clients.

Il dirige Mazères Industries avec Dadesky, et depuis 2012, ils ont regardé grandir son marché et sa main-d’œuvre ainsi que sa réputation. Ayant commencé avec 50 travailleurs pour manœuvrer les machines à bloc, ils ont aujourd’hui plus que triplé ce nombre qui s’élève à 160 – avec un impact extrêmement bénéfique sur l’économie du Cap-Haïtien.

“La plupart de nos travailleurs vivent dans la région immédiate, même les chauffeurs de camions qui font les livraisons”, dit Dadesky. “Je crois toujours que lorsque vous employez des personnes de la région, elles ont davantage un sentiment d’appartenance. C’est bien pour elles – et c’est bien pour l’entreprise.”