Myrtha Vilbon

Issue d’une famille d’entrepreneurs, Myrtha Vilbon avait 7 ans quand elle a commencé à travailler dans l’entreprise de son père, qui fabriquait des bonbons. A cette époque, il était évident pour tout le monde, y compris Myrtha elle-même, qu’elle avait héritée de la passion, de l’ambition et de la culture du succès.

Une fois dans les affaires, Myrtha a brillé pendant 17 ans, dans la mise en place de réseaux de distribution de produits alimentaires, pour des compagnies internationales très connues à travers le monde. Toutefois, devant faire face aux nouvelles réalités économiques du marché, Myrtha décide de s’adapter et de changer de cap. C’est ainsi qu’en 2015, elle allait lancer sa propre entreprise : Glory Industries, la seule usine haïtienne de fabrication de papier hygiénique.

80% des Haïtiens vivant avec moins de 1 dollar américain par jour, il en résulte d’après les études  que 40% des consommateurs ne pourraient se permettre le luxe de dépenser beaucoup d’argent pour se procurer un tel produit. Aussi, Myrtha décide d’y donner accès au plus grand nombre, afin de contribuer à améliorer  les conditions d’hygiène, et réduire le risque de maladies infectieuses.

L’accès au crédit demeure un véritable défi en Haïti, et encore plus pour les femmes entrepreneures. Mais ceci n’a pas empêché Myrtha de mobiliser la somme d’argent nécessaire pour financer son entreprise. Aujourd’hui, Myrtha emploie plus de 100 personnes dont 70% sont des femmes ; et parmi les cadres supérieurs, l’on compte également 75%  de femmes. Glory Industries vise à produire des produits de qualité et à bon marché, capables de remplacer les papiers hygiéniques importés par les autres concurrents.

Cet été, Myrtha fut parmi les 4 entrepreneurs haïtiens à prendre part au Sommet Global de l’Entreprenariat, tenu à Palto Alto, en Californie en présence du président Obama ; pour discuter des défis rencontrés par les entreprises locales, dans les pays ayant un environnement d’affaires difficile.