Soyez à jour

Abonnez-vous à notre bulletin bimensuel d’information pour les dernières nouvelles et les événements à venir

UN MÉDECIN QUI A FAIT D’HAÏTI UN CENTRE AVANCÉ POUR LE TRAITEMENT DE LA FERTILISATION IN VITRO (FIV) POUR LES CARAÏBES ET AU-DELÀ, TRANSFORMANT LA VIE D’UN NOMBRE INCALCULABLE DE FEMMES, A ÉTÉ NOMMÉ DIGICEL ENTREPRENEUR DE L’ANNÉE.

UN «INSPIRATIONNEL» LEADER D’UN NOUVEAU MODE  DE SOINS DE SANTE RECOIT LE PREMIER PRIX D’AFFAIRES HAÏTIEN

Un consultant Médical qui a mis en place le premier centre spécialisé pour le traitement de l’infertilité en Haïti, et l’a depuis développé en un centre avancé de FIV reconnu internationalement dans les Caraïbes, a été nommé Digicel Entrepreneur de l’Année 2017 en Haïti.

Désirant déboulonner une vision largement répandue dans le domaine du développement selon laquelle les pays pauvres et à faibles ressources sont structurellement incapables de répondre aux besoins des entreprises technologiques de pointe, le Dr Harry Beauvais affirme que son succès est une leçon précieuse sur le potentiel du pays dans son ensemble.

« Nous montrons que bien qu’Haïti soit considérée comme la nation la plus pauvre de l’hémisphère occidental, avec 80% de sa population vivant dans la pauvreté, elle a encore le pouvoir de se transformer en adoptant des technologies qui progressent rapidement », expliqua-t-il récemment lors d’une conférence à l’université Duke aux États-Unis.

Harry Beauvais a toujours eu une vision personnelle d’un Haïti moderne grâce à une combinaison de changements verticaux. Cette clairvoyance le poussait presque à l’ingénierie, mais c’est sa mère, qui ayant eu une longue et fructueuse carrière d’infirmière, l’incita à opter plutôt pour la médecine.

Sa détermination était évidente. Gynécologue de formation, il a suivi ses études de médecine à Haïti avec une maîtrise en santé publique de l’Université Johns Hopkins, avant de travailler à la « Cleveland Clinic », puis de recevoir une bourse de recherche en fécondation in vitro à l’Université de Tel Aviv.

Champion  du changement depuis le début, Beauvais est retourné en Haïti en 2004 et a commencé à imposer son savoir-faire  en santé publique. Il co-fonda le FOSREF, une fondation spécialisée en santé sexuelle et reproductive, qui a contribué à réduire le VIH en Haïti de 7% à 2% de la population.

Puis, en juin 2011 – malgré les pertes importantes occasionnées lors du tremblement de terre de l’année précédente – il a ouvert CHITAI (Centre Haïtien de Recherche et de Traitement de l’Infertilité Avancée), avec le soutien technique de Duke University, et grâce à des fonds personnels et l’apport de partenaires et de prêts bancaires.

“La détermination d’Harry Beauvais à surmonter tous les obstacles, à apprendre des meilleurs du monde et à transmettre ses connaissances à sa communauté font partie des meilleures doctrines de l’entrepreneuriat”, a déclaré Martin Boute, Président de Digicel Haïti.

Lors d’une cérémonie réunissant 500 invités du gouvernement et du monde des affaires, M. Boute a décrit le Dr Beauvais comme “un exemple inspirant de quelqu’un qui ne croit pas seulement en lui-même, en ses propres idées et en sa propre entreprise – mais aussi en son propre pays et aux gens qui l’habite. ”

En seulement six ans, CHITAI – qui a également remporté un prix dans la catégorie des services – a acquis une réputation solide.

Les deux premiers bébés du programme de CHITAI sont nés le 6 octobre et le 12 octobre 2012. Depuis, la clinique a facilité la naissance de 356 bébés et est devenue le principal centre de traitement de FIV des Caraïbes.

Avec un effectif de 24 personnes, elle est principalement en concurrence avec des cliniques aux États-Unis et en République Dominicaine – même si, en fait, environ 20% de ses patients viennent d’Amérique du Nord.

Le but ultime est de construire le premier centre de santé complet pour la femme en Haiti. Des espaces supplémentaires sont déjà disponibles pour la construction des bâtiments, qui prendra environ 12 mois – et permettra  le traitement  contre le cancer et, par la suite d’autres spécialités telles que la cardiologie, trois salles d’opération et des chambres pour les patients.

Le programme  Digicel Entrepreneur, maintenant dans sa huitième année, avec un large éventail de finalistes de tout le territoire,  récompense  des participants dans  cinq catégories – agriculture – environnement, construction, industrie, services et entreprises émergentes.

Dans la section agriculture, le prix a été décerné aux frères Hans et Patrick Woolley, leur cousin, Gilbert Woolley, dirigeants de l’entreprise Taino Aqua Ferme, une pisciculture de tilapia entièrement naturelle sur  le plus grand lac d’Haïti Azuei. D’une start-up de 2 millions de dollars en 2012, elle emploie maintenant 80 personnes et est toujours en continuelle expansion.

Marthe Fortuné Dorcéus, récipiendaire du prix pour la section industrie, a décidé, à 22 ans, de se rabattre sur ce qu’elle savait faire de mieux : le commerce haïtien traditionnel. Son entreprise de boissons, Mme Elie du Bon Crémas, vend actuellement jusqu’à 1500 caisses de crémas par mois en haute saison, et son objectif de devenir le numéro un sur le marché, est désormais en vue.

Le prix des entreprises émergentes a été remporté par Valéry Adrien, fondateur d’United Shipping & Logistics (USL),  préalablement responsable de la coordination et des affaires internationales à l’Autorité Portuaire Nationale d’Haïti avant de lancer USL en 2015. Il est maintenant le principal transporteur logistique en Haïti et les Caraïbes pour une longue liste de marques internationales de renom.

Le prix de la construction est revenu à Brendon Brewster, fondateur de Veerhouse Voda, qui est arrivé en Haïti avec son père, pour assister après le tremblement de terre de 2010. Il fabrique maintenant des maisons résistantes aux aléas, éco énergétiques et cinq fois plus rapides à construire que les bâtiments traditionnels – un hébergement d’urgence parfait.

Dans ce contexte, M. Boute a noté que 32 des 50 entreprises finales régionales – 65% – ont été fondées depuis le tremblement de terre de 2010, beaucoup par des Haïtiens qui sont rentrés au pays chez eux pour contribuer à l’aide immédiate    et sont restés pour contribuer au long terme …

Le grand nombre de femmes entrepreneurs – 19 sur les 50 dernières – est également source d’inspiration, va-t-il déclaré: “reflétant le rôle important joué par les femmes dans la société haïtienne et de plus en plus  dans le monde des affaires”.

Une fois de plus, Digicel, en partenariat avec le Centre de Facilitation des Investissements (CFI) soutenu par la Banque Interaméricaine de Développement (BID), Sofihdes et Talkpool a organisé cette année le concours du prix Entrepreneur de l’Année.  

 

Leave a Comment

You can use these HTML tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>